Eco(dé)mystificateur

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, 20 août 2016

N’ayez pas peur

Les solutions existent, j’en suis intimement convaincu, pour améliorer de manière significative le fonctionnement de nos économies dans l’intérêt de tous. Elles reposent sur des théories comme le néochartalisme ou la finance fonctionnelle de Lerner. Elles ont été décrites en long et en large notamment sur ce blog et je renvoie à ce très bon texte publié sur le blog d'André-Jacques Holbecq en 2013 qui présente une excellente description des concepts principaux. La question qui se pose alors à un béotien comme moi c’est bien évidemment pourquoi, si les solutions sont si évidentes,  elles ne sont pas mises en application.

Lire la suite...

mardi, 29 mars 2016

Non, ce ne sont pas "les-marchés" qui fixent les taux d’intérêt de la dette publique

Paradoxalement, c’est dans le e-livre (« Le coup d’état monétaire – L’indépendance de la banque centrale, mère de toutes les erreurs de pilotage monétaire ») de Mathieu Mucherie, monétariste convaincu, disciple avoué de Milton Friedman, que j’ai trouvé ce passage qui confirme l’une des démonstrations les plus éclatante du néochartalisme à savoir que c’est la Banque Centrale qui, à travers le taux directeur, fixe tous les autres, y compris celui de la dette publique comme l’explique par ailleurs Jean-Baptiste Bersac dans «Devises – L’irrésistible émergence de la monnaie ».

Lire la suite...

lundi, 22 février 2016

Le coming out néochartaliste d’Atlantico

Ce n’est pas la première fois que je remarque que Nicolas Goetzmann, responsable du pôle Economie pour Atlantico, tient des propos que l’on pourrait qualifier de subversifs, compte tenu du milieu dans lequel il évolue. Accompagné de Christophe Bouillaud, dans un entretien à deux voix paru récemment sur le site, il remet en cause les politiques d’austérité pratiquées en Europe, notamment à la lumière des avertissements du FMI et l’OCDE. Ce n’est pas là le seul paradoxe de ce texte – dont je recommande la lecture – que de présenter ces deux organismes comme ayant la solution à tous nos problèmes, quand on se souvient, par exemple, des dégâts occasionnés en leur temps par les politiques d’ajustements structurels imposées par le …FMI.

Lire la suite...

dimanche, 21 février 2016

Néochartalisme

Je suis (re) tombé un peu par hasard sur ce texte publié sur le blog Frapper monnaie et j’ai trouvé que ce court passage pouvait tenir lieu de définition préliminaire au néochartalisme, théorie économique qui reste difficile à résumer en quelques mots.

« La ligne néochartaliste a toujours été que la contrainte pour l’État sont les ressources réelles (mais pas de contrainte financière), qu’une économie en croissance requiert des déficits publics quasi-continus, qu’il n’y aura jamais à rembourser cette dette publique […] et qu’une devise souveraine décemment gérée devient immanquablement hégémonique sur le territoire de cette souveraineté. »

jeudi, 21 janvier 2016

Création de la Chaire Unesco Bernard Maris

J’ai pris récemment connaissance de la création de la Chaire Unesco Bernard Maris qui a pour ambition de mettre les sciences économiques en démocratie. Pour développer cette approche, une Conférence de citoyens sur l’économie est organisée. Elle a pour objet de produire une « Adresse citoyenne aux économistes », rendue publique le 30 avril 2016, lors de la cérémonie qui annoncera le nom du premier lauréat de la Chaire. Le panel citoyen est composé de 20 citoyens et un appel à candidature a été lancé. J’y ai répondu. Vous trouverez ma lettre de motivation ci-après.

Lire la suite...

dimanche, 30 août 2015

Cher Monsieur Sapir

Citoyen engagé, blogueur occasionnel, autodidacte en économie (et accessoirement intéressé par le néochartalisme développé par l'un de vos élèves, J.B.Bersac) je suis naturellement les développements de la polémique en cours suscitée par votre proposition de "Front" pour remettre en cause le carcan de l'Euro.

Lire la suite...

mardi, 23 décembre 2014

L’imposture économique

Lors de la soirée de lancement du livre de Steve Keen, le 8 octobre dernier, j’eus l’occasion de demander à l’économiste Australien ce qu’il pensait de la Modern Money Theory (MMT) ou néochartalisme en français. Il me répondit en utilisant la métaphore de l’éléphant : il a trouvé un morceau de l’animal qui est dans la pièce et les néochartalistes en ont trouvé un autre mais ils n’ont pas encore convergé vers la bête dans sa totalité, alors que les néoclassiques eux, nient tout bonnement la présence d’un éléphant ! Cette réponse balaya les dernières hésitations que je pouvais avoir à acheter son livre, déjà convaincu que j’étais que l’économie est une imposture. Je ne peux aujourd’hui, après l’avoir lu, que me réjouir de cette acquisition, et pas seulement parce qu’elle est dédicacée par son auteur.

Lire la suite...

mardi, 9 décembre 2014

Je suis d’accord avec Jean Tirole : faisons comme la Suède

Notre tout récent «prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel »,  Jean Tirole (l’homme qui en janvier 2012 ne voyait pas de crise mondiale grave !) a récemment recommandé que la France suive l’exemple de la Suède. Cela peut paraitre surprenant mais je suis d’accord avec celui que Jean Gadrey a décrit comme « l’un des plus brillants représentants de l’économie néolibérale, un des plus fervents défenseurs de la logique du marché concurrentiel contre les insupportables interventions étatiques, contre le droit du travail, contre les contraintes bureaucratiques imposées aux grandes entreprises et aux banques, lesquelles financent une bonne partie de ses recherches et de son salaire »,  mais bien évidemment, pas pour les raisons qu’il avance.

Lire la suite...

lundi, 29 septembre 2014

Théorie monétaire : séparer le bon grain de l’ivraie

J’ai donc visionné les 2 heures 44 du débat entre Etienne Chouard, Jean-Baptiste Bersac et Stéphane Laborde. Ma première surprise a été de constater que, malgré la longueur de la vidéo, le temps est passé très vite, preuve que ce débat présente un intérêt certain. Deuxième surprise, j’ai failli m’intéresser à la TRM, la Théorie Relative de la Monnaie, inventée et présentée par Stéphane Laborde. Je dis "failli" parce que, le naturel revenant au galop, Laborde a su se montrer assez odieux sur la fin du débat, poussé dans ses derniers retranchements et surtout dans ses contradictions, pour enlever à quiconque de raisonnablement constitué, l’envie de faire un effort pour le comprendre. Et ça tombe plutôt bien puisque, comme il le dit lui-même, il ne veut pas que les gens le suivent et il se fout de 2014, ce qui l’intéresse c’est la prochaine crise financière de … 2094 !

Lire la suite...

samedi, 21 décembre 2013

Disponible, enfin !!!

Je crois que c’est la première fois que je vais parler d’un livre avant de l’avoir lu. Mais il s’agit DU LIVRE !
« La monnaie entre violence et confiance » d’Aglietta et Orléan est LA référence en matière d’ouvrage sur la monnaie, auquel renvoient des gens comme Lordon ou Graeber. Sorti en 2002, il a été introuvable pendant plusieurs années. J’avais parlé sur ce blog de mes difficultés à mettre la main dessus dès octobre 2009. J’avais d’ailleurs eu l’occasion de signaler le problème à André Orléan lui-même qui avait relancé l’éditeur en octobre 2010, indiquant qu’un seul exemplaire d’occasion était disponible à l’époque sur un site de vente en ligne au prix de 94 euros ! Et c’est tout à fait par hasard que je viens de m’apercevoir qu’il avait été réédité  l’année dernière. Et personne ne m’a rien dit !!!
Plus de temps à perdre. Je me dépêche de le lire et j’en reparle, non sans vous proposer une petite citation tirée de l’ouvrage : « En raison de l’accent mis sur la confiance et la dimension institutionnelle, notre conception (…) appartient à ce qu’il est convenu d’appeler "l’approche chartaliste" (…). Elle s’oppose à l’approche métalliste (…)"

- page 1 de 2