Eco(dé)mystificateur

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, 31 juillet 2018

Éternelles "Mémoires d'outre-tombe"

François-René de Chateaubriand a achevé ses Mémoires d'outre-tombe en 1841, plus de 30 ans après les avoir commencées. C’est une œuvre monumentale que l'on lit parce qu’elle le vaut bien par certains aspects – malgré des longueurs et certaines difficultés liées au contexte – mais aussi pour l'inscrire à son palmarès et parce que c’était le livre préféré du Général de Gaulle.  Les extraits qui suivent proviennent des dernières pages de l’œuvre qui en contient plusieurs milliers. Ils sont terriblement d’actualité et illustrent combien, en définitive, les problèmes que nous avons à affronter aujourd’hui ne sont pas fondamentalement différents de ceux de nos prédécesseurs, il y a presque 200 ans.

Lire la suite...

samedi, 3 février 2018

De Gaulle, la condition ouvrière et le code civil

Le Général me tend le numéro d'avril 1948 de la revue: Économie contemporaine et me demande de chercher à savoir qui est M.Hubert Multzer, qui vient de publier un article dans ce numéro, sous le titre: « L'Idée d'association entre le capital et le travail». Il est l'auteur d'un ouvrage intitulé: La propriété sans le vol.

Je demande au Général si M.Jacques Baumel (…) lui a fait parvenir, comme je lui avais demandé, les principaux ouvrages relatifs aux questions d'association, de cogestion, de participation aux bénéfices, de statuts de l'entreprise, etc.

(...)

Lire la suite...

samedi, 16 décembre 2017

Qu’est-ce qu’un homme de gouvernement ?

« Qu’est-ce qu’un homme de gouvernement ? Ce n’est pas un homme compétent, bien que des connaissances particulières doivent, sans doute, s’allier à ses facultés. Ce qui le distingue, c’est le caractère, la connaissance des réalités et la volonté, si nécessaire, de marcher à contre-courant. Ce n’est pas autre chose.
» Or, il existe une contradiction irréductible entre les qualités requises pour plaire à l’électeur – qui sont toutes d’amabilité – et les facultés qui font l’homme de gouvernement, dures et déplaisantes par définition, car il doit demeurer aveugle aux intérêts particuliers. Voilà pourquoi un tel homme n’apparaîtra jamais dans les rangs des partis. Ce serait contraire à la nature des choses. Qu’un homme de gouvernement se présente : aucun parti n’acceptera jamais de le soutenir. Jamais ! Il n’accepterait même pas d’inscrire son nom sur une liste électorale…»

Propos tenus par le général de Gaulle à Colombey le 3 septembre 1946 - Extrait de « En écoutant de Gaulle » de Claude Guy

samedi, 16 septembre 2017

Gestion de carrière

« Le choix qui administre les carrières se porte plus volontiers sur ce qui plaît que sur ce qui mérite. »

Charles de Gaulle dans « Le Fil de l’épée »

samedi, 26 août 2017

De Gaulle et le programme du CNR

De Gaulle, comme on le sait, est d'un genre politique un peu particulier ...
(…)
Il n'a pas voulu assumer ce programme du Conseil national de Ia Résistance ; il ne I' a jamais signé, il ne s’en est jamais réclamé, mais ...
(…)
Mais il s’en est inspiré, et on peut dire que son gouvernement, de la Libération en août 1944 jusqu'à sa démission en janvier 1946, a mis en place la plupart des mesures qui y figuraient. Celles qui n'ont pas été mises en œuvre du temps de De Gaulle au pouvoir étaient déjà en préparation sous son gouvernement ; elles ont été votées au printemps 1946.


Claire Andrieu dans « Le Récit national – Une querelle française » de Jean-Noël Jeanneney

lundi, 16 janvier 2017

De Gaulle et la Sécurité sociale, ou le révisionnisme historique de la gauche

C'est après avoir vu la très intéressante émission d’Arrêt sur Images consacrée à la sécurité sociale et intitulée : "Sécu : Parlons du trou de mémoire et non du trou financier" que j'ai eu envie d'aller voir le documentaire "La Sociale" réalisé par Gilles Perret. On y découvre notamment le rôle qu’a joué un personnage oublié, Ambroise Croizat, dont le rôle a, semble-t-il, été déterminant. J’écris "semble-t-il" parce que en définitive, je ne suis plus sûr de rien, certains choix critiquables du réalisateur ayant regrettablement instillé le doute dans mon esprit. Je ne souscris pas nécessairement à la thèse d Eric Verhaeghe qui, sur son blog, accuse carrément le film de faire dans le révisionnisme historique, mais le fait que le sociologue Bernard Friot puisse affirmer crânement dans le documentaire, sans être contredit, que De Gaulle aurait été contre le projet de sécurité sociale et que c'est pour cela qu'il aurait démissionné en 46, ce qui est grotesque pour quiconque connait un tant soit peu l’histoire de l’époque , me fait m’interroger sur la crédibilité de l’ensemble.

Lire la suite...

samedi, 19 septembre 2015

De Gaulle et le coup d'état

Un coup d’état est-il à l’origine du retour au pouvoir du Général de Gaulle en 1958 ? La meilleure réponse à cette question qui a fait couler beaucoup d’encre, je l’ai trouvée dans la biographie que Jean Lacouture a consacré à François Mitterrand. Dans un discours prononcé par ce dernier, on peut lire cette phrase qui résume bien la situation me semble-t-il : « En droit, il tiendra son pouvoir de la représentation nationale ; en fait, il le détient déjà du coup de force... »

lundi, 1 juin 2015

Philippe Kieffer

Philippe Kieffer, né à Port-au-Prince (Haïti) le 24 octobre 1899 et mort à Cormeilles-en-Parisis le 20 novembre 1962, est un officier de la Marine nationale française et Compagnon de la Libération. Durant la Seconde Guerre mondiale, il a créé et dirigé les premiers commandos de la marine française, connus sous le nom des Commandos Kieffer, qui ont combattu lors du débarquement de Normandie.

Lire la suite...

vendredi, 8 mai 2015

Qu'avons nous retenu de "Notre jeunesse" ?

Charles Péguy était, on le sait, l’un des écrivains préférés d’un autre Charles, le Général de Gaulle. Je me devais donc de m’intéresser un jour ou l’autre à cet auteur. Le hasard m’a récemment mis entre les mains « Notre jeunesse », publié en 1910. C’est un ouvrage qui se lit facilement. Le style est agréable quoique particulier  notamment parce que Peguy use et abuse des répétions et des synonymes. Il peut parfois paraitre partiellement obscur car très lié au contexte politique de l’époque et notamment aux conséquences de l’affaire Dreyfuss. Mais il surprend le lecteur attentif par une modernité qui peut laisser penser que rien n’a vraiment changé depuis un siècle. Je vous propose ci-après quelques citations.

Lire la suite...

jeudi, 13 novembre 2014

De la liberté d’expression

« Ca [la liberté d’expression] vient de la tradition française. De Gaulle, quand Sartre vendait "La cause du peuple" qui n’était peut-être pas un journal le plus nuancé qu’on ait jamais fait, on lui dit : mais il faut l’arrêter ; et lui dit: mais on arrête pas Voltaire. Et donc, je veux dire ça c’était De Gaulle qui était un catholique conservateur, de droite [sic], et cætera. De Gaulle comprenait la liberté d’expression d’une façon que les associations anti-racistes ne comprennent pas aujourd’hui qui sont soi disant de gauche »

Jean Bricmont dans l’excellente émission Hors-Série

- page 1 de 5