Eco(dé)mystificateur

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, 28 février 2015

Naissance de l’ANF (Association des néochartalistes francophones)

La création bienvenue de cette association (à ne confondre ni avec l’Association d'entraide de la noblesse française ni avec Abercrombie & Fitch Co) est une initiative que nous devons à Jean-Baptiste Bersac, l’auteur de "Devises – L’irrésistible émergence de la monnaie" et tenancier du blog « Frapper monnaie ». Je vous recommande fortement de lui manifester votre soutien en allant poster un commentaire sur son blog. Si vous hésitez encore, je vous recommande la lecture de « Le néochartalisme pour les nuls ». Enfin, je lance un grand concours pour déterminer quel pourrait être le logo de l’association. A vos crayons claviers !

dimanche, 15 février 2015

L’un des pires crimes de l’époque moderne

C’est ainsi que Noam Chomsky et Edward Herman dans leur livre intitulé « La fabrication du consentement » qualifient la guerre menée par les USA au siècle dernier en Indochine.

« […] depuis la fin des années 1940, les États-Unis avaient apporté leur aide à la guerre de reconquête des Français; avaient violé les accords signés à Genève en 1954 ; avaient mis en place un régime terroriste collaborateur dans la moitié Sud du pays, coupé en deux par une force d’occupation (américaine) ; s’étaient lancés dans une agression ouverte du Sud-Vietnam dès 1962 et avaient désespérément œuvré à faire barrage au règlement politique que recherchaient les Vietnamiens de toutes tendances ; pour finir, ils avaient purement et simplement envahi le Sud-Vietnam en 1965, se lançant dans une guerre aérienne et terrestre qui allait intégralement dévaster l’Indochine. »  

Les États-Unis ont « envahi, impitoyablement bombardé, ravagé les campagnes, tué et blessé des millions d’innocents d’une petite et lointaine société paysanne dans la poursuite de [leurs] propres intérêts politiques »

Parmi les chiffres qui caractérisent l’ampleur du désastre, celui-ci : on largua au Vietnam, deux fois le tonnage de bombes déversées sur le Japon et l’Allemagne réunis durant toute la Seconde Guerre mondiale ! Et cet autre : selon les estimations vietnamiennes, la guerre fit trois millions de morts. Avec un total de de cinquante-huit mille tués, les pertes des États-Unis étaient inférieures à 0,1% de leur population ; ce chiffre s’élevait à 17 % pour le Vietnam.

vendredi, 6 février 2015

Lettre du Père Zanotti-Sorkine aux dessinateurs de Charlie Hebdo

Cher Jean, cher Georges, cher Stéphane, cher Bernard,

Bien que je sois prêtre et que cet état par le passé vous débectait, permettez-moi de vous appeler par vos prénoms et non par vos noms de guerre. Une façon comme une autre de me sentir votre frère. Certes, vous demeurez Cabu, Wolinski, Charb et Tignous, dessinateurs de profession, crayonneurs d’idées, trublions de vie politique, insulteurs de justes et de coupables, souvent drôles et méchants sous le crayon vulgaire et obsessionnellement blasphémateur du sacré, mais à mon esprit éduqué par le Christ à dépasser les apparences, vous apparaissez plus grands que votre œuvre, plus grands que vos dessins offerts aux combats rétrécis de la terre. Seule la bonté personnelle qualifie un être et l’ennoblit jusqu’à la moelle, je le crois, et pour cela, je mourrais. Tout le reste n’appartient qu’à la petite histoire qui finit sous le dégueuloir conventionnel des hommages et des récompenses accordés entre hommes, au gré des intérêts particuliers et des partis. Bah ! que tout cela est bas !

Lire la suite...

dimanche, 25 janvier 2015

Houston

dimanche, 18 janvier 2015

Ponzi (finance)

Sera considéré comme « Ponzi » tout programme d’investissement comportant une période de gestation considérable. En outre, toute vente portant sur des actifs dont les frais de couverture excèdent le revenu encaissé, de telle sorte que la vente ne sera profitable que si l’actif en question prend de la valeur, est un cas de finance Ponzi.
(…)
Les relations de cash-flow observables dans les projets d’investissements de longue durée font de la finance Ponzi une caractéristique essentielle – et non pas annexe – de la structure financière du capitalisme. 
(…)
Je soutiens notamment que si le financement Ponzi existe, si l’étendue de ce type de financement détermine le domaine d’instabilité de l’économie, et si le financement Ponzi est un corolaire normal de la production fondée sur l’investissement, alors il existe des facteurs endogènes dont le fonctionnement normal induit des instabilités significatives.

Extrait de « L’hypothèse d’instabilité financière » d’Hyman P.Minsky    

jeudi, 15 janvier 2015

Humiliation

Humiliation et frustration sont-elles les deux mamelles du terrorisme? C’est, résumé de manière lapidaire, la théorie développée par Dominique Moïsi dans le cadre de la conférence sur le Moyen-Orient organisée le 14 janvier par la fondation Paris-Dauphine. Le conseiller spécial de l'IFRI et Professeur au King's College de Londres a introduit son intervention en précisant que les circonstances tragiques récentes l’avaient amené à abandonner les notes qu’il avait initialement préparées pour donner libre cours à son inspiration et mettre en relation les évènements de ces derniers jours et leurs fondements historique, géographique et émotionnel. Je n’ai personnellement pas regretté cette liberté que D.Moïsi a prise avec la préparation de son exposé car ce dernier fut particulièrement intéressant.

Lire la suite...

mardi, 13 janvier 2015

On peut pleurer de tout, mais pas avec n’importe qui

Alors que, suite aux carnages récents, je me sens totalement désemparé par les prises de position de certains – notamment dans "mon propre camp" – appelant sans état d’âme apparent à la proclamation d’un autre état, d’urgence celui-là, j’ai eu besoin de procéder à un retour aux sources en allant me replonger dans ce qui fut au commencement de ma vie de militant: la gauche de gauche. J’ai donc assisté  à la soirée « La dissidence, pas le silence ! », organisée hier soir par le journal Fakir à la Bourse du travail. J’y ai retrouvé avec plaisir cette gauche que j’aime mais aussi … celle que je n’aime pas ! 

Lire la suite...

dimanche, 11 janvier 2015

En mémoire de Bernard Maris

Bernard Maris a été assassiné. Il a trouvé la mort dans l’effroyable massacre perpétré dans les locaux du journal Charlie Hebdo le mercredi 7 janvier 2015.
J’ai fait référence à plusieurs reprises sur ce blog à l’auteur du célèbre Antimanuel d’économie. J’avais même pris sa défense le jour où ACRIMED s’en était pris à lui, injustement selon moi. Mais je ne le connaissais pas assez pour être en mesure d’en dire plus. Je m’en tiendrai donc à l’hommage que lui a rendu sur son blog l'économiste Jacques Sapir qui le connaissait bien, et qui le décrit comme «un homme délicieux », «un modèle d’économiste citoyen ».
Le thème de ce billet n’étant pas propice à la polémique sur la situation créée par les évènements récents et ses développements, je m’abstiendrai donc de m'étendre sur le sujet mais je citerai quand même une dernière fois Sapir qui a publié récemment sur son blog un billet intitulé « Les leçons d’un massacre ». Il écrit notamment : « Oui, nous devons nous rassembler et retrouver les fondements de la Res Publica. Mais nos dirigeants élus ou anciens élus sont les derniers à pouvoir le faire » après avoir dit de ces mêmes dirigeants : « Ils sont donc profondément disqualifiés pour appeler aujourd’hui à l’unité nationale. »      

De la mort, Bernard Maris  disait, dans le deuxième volume de son Antimanuel d’économie, qu’elle « révèle l’incroyable luxe de la vie. La mort se paye le luxe, l’incroyable luxe d’anéantir la vie, la vie si belle (…) ». Puisse-t-il avoir bien profité de la vie.

- page 1 de 60