Eco(dé)mystificateur

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, 23 avril 2014

Target2

Et une nouvelle définition pour mon dico. Elle est tirée du dernier livre de F.Lordon, " La malfaçon", dont j’aurai sûrement l’occasion de reparler, dès que je l’aurai fini.

Les paiements entre agents économiques intra-européens s’expriment in fine en mouvements de fonds entre banques centrales nationales via la plateforme TARGET2, avec pour intermédiaire la BCE. Par exemple, la transaction d’un débiteur grec qui doit rembourser un créditeur allemand (au hasard) donne lieu à un mouvement de son compte dans une banque privée grecque vers la banque centrale grecque, qui elle-même va créditer la BCE pour que soient créditées en séquence la Bundesbank puis la banque privée allemande teneur de compte de l’agent allemand.  

 

samedi, 19 avril 2014

Paris

mardi, 8 avril 2014

Trappe à liquidité

"La trappe à liquidité désigne l’impasse où se retrouvent bon nombre d’acteurs économiques lorsque, parce qu’ils sont surendettés, ils ont comme préoccupation première non d’investir ni de consommer, mais de se désendetter ; et pour cela, vendent leurs actifs, ce qui provoque une baisse tendancielle des prix, laquelle accroît le coût réel des dettes… Pendant ce temps, le taux d’intérêt court est nul, les acteurs qui ne sont pas écrasés par les dettes épargnent et attendent des lendemains meilleurs, conscients du fait que le placement de l’argent à taux nul ne rapporte plus rien et que les prix, demain, ne seront pas plus élevés qu’aujourd’hui, voire risquent de baisser (…). La trappe à liquidité, c’est cette situation paradoxale où les acteurs économiques cessent d’exercer le pouvoir libératoire de la monnaie supplémentaire dont ils disposent. La banque centrale peut bien jeter des tombereaux de liquidités monétaires depuis un hélicoptère : tout se passe comme si les acteurs empruntaient cette monnaie à taux réel nul (sans coût, donc) et la restituaient à la banque centrale (via le secteur bancaire privé) sans l’avoir utilisée pour effectuer la moindre transaction, le moindre investissement."

Extrait de « Illusion financière » par Gaël Giraud 

jeudi, 3 avril 2014

Lamy qui nous veut du mal

Avoir une sale gueule ne constitue pas, en démocratie, une raison pour ne pas l’ouvrir. C’est ainsi que Pascal Lamy, celui-là même que le prix Nobel d’économie Maurice Allais, recommandait dès 2009 de "délocaliser", sans cependant préciser où – nous suggérons pour notre part, la lune où le désert du Sahara – l’accusant sans détours d’être " un des facteurs majeurs de chômage", vient de se faire une nouvelle fois remarquer. Après avoir récemment prédit des invasions de sauterelles en cas de sortie de l’euro, il recommande maintenant de rétablir l’esclavage des boulots payés moins que le Smic pour ces feignasses de chômeurs. Selon certains journalistes, Pascal Lamy aurait carrément parlé de travailler sans être payé. Nous pensons pour notre part qu’il y a un malentendu et qu’il n’a pas pu aller jusque-là : tout porte à croire en effet qu’il tient encore à la vie même si il aime visiblement la mettre en danger. A ce sujet, nous attirons l’attention de ceux de nos lecteurs que les propos de Lamy pourraient pousser au désespoir et qui ont des envies de meurtre envisagent des mesures de rétorsion extrêmes que, dans un état de droit, cela n’est possible, qu’à condition de ne pas se faire prendre pas possible. Il faudra, je le crains, nous contenter d'attendre que celui que Nicolas Dupont-Aignan a surnommé le "docteur Folamour de la mondialisation" soit un jour amené sur "le banc des accusés pour répondre de ses crimes économiques et sociaux." avant d’être fusillé.

mercredi, 2 avril 2014

Ministre un jour, Ministre toujours

Les occasions de se réjouir n’étant pas nombreuses ces derniers temps, je profite de la plus insignifiante nouvelle que je peux considérer comme bonne, pour me remonter le moral. La défaite aux municipales de Pierre Moscovici et son éviction du gouvernement où il sévissait en tant que ministre de l'Économie et des Finances, font partie  de ces rares évènements qui me retiennent de désespérer totalement de la condition humaine. Je ne doute pas que, de son côté, il ne prenne la situation avec  philosophie, d’autant plus que sa – très jeune – compagne fait profession de chercheuse en la matière. Si au demeurant, ses recherches n’avaient pas encore abouti, Moscovici pourra toujours la prendre elle fissa,  avant qu’elle ne se barre. C’est ce qu’avait fait la – très jeune – épouse d’Eric Besson lorsque ce dernier avait quitté son poste de ministre de l’Industrie.   

Ce qui m’empêche néanmoins de jubiler sans retenue c’est que ma femme n'est pas aussi jeune que celle de  Pierre Moscovici restera ministre jusqu’à ce que Dieu le rappelle auprès de lui, et même après. Comme, soit dit en passant, Eric Besson. C’est en entendant un jour Jean Pierre Chevènement donner du "Monsieur le Ministre" à Jean Pierre Fourcade que j’ai réalisé : quoi qu’il arrive, ministre un jour, ministre toujours. Je ne sais pas si cela marche pour les secrétaires d’Etat, auquel cas, Nadine Morrano est elle aussi d’ores et déjà passée à la postérité.

samedi, 29 mars 2014

Bernard Henry Lévy : l’imposture permanente

Ce n’est vraiment pas de gaité de cœur que je me fends d’un billet au sujet  du plus grand entartré de France et de Navarre. Mais l’homme est trop présent dans les médias pour que je ne ressente pas la nécessité de l’accrocher à mon tableau de chasse. Cela fait partie de l’indispensable devoir de mémoire quand certains, comme  Benoit Rayski sur Atlantico, ont visiblement décidé de le présenter comme une victime de ses origines, alors que c’est tout simplement un imposteur. Et surtout, c’est en terminant le remarquable livre d’entretiens avec Alain Chouet  dont j’ai brièvement parlé ici, que j’ai finalement décidé de me faire violence et de parler de celui que l’on nomme « BHL ».

Lire la suite...

jeudi, 20 mars 2014

La menace islamiste ?

Je vous propose ci-après des passages significatifs du passionnant livre d’entretiens entre le journaliste Jean Guisnel et l’ancien Chef de service de renseignement et de sécurité de la DGSE Alain Chouet, intitulé « Au cœur des services spéciaux » et sous titré « La menace islamiste : fausse piste et vrais dangers ». En espérant que cela vous donnera envie de lire cet ouvrage indispensable pour comprendre ce qui se joue au sein du monde musulman, au-delà des clichés, des peurs et des phantasmes véhiculés par les uns et les autres. 

Lire la suite...

samedi, 15 mars 2014

De la théorie du complot


« Trente ans dans les services spéciaux m’ont appris que la bêtise, la suffisance et l’incompétence font autrement plus de ravages que tous les complots du monde »

dixit Alain Chouet dans « Au cœur des services spéciaux – La menace islamiste : fausse piste et vrais dangers », un livre passionnant dont j’aurai l’occasion de reparler

- page 1 de 54